Je valide

trouver
un avocat
Espace privé

Signature-dédicace de Virginie SANSICO

24.01.2017 . organisée par la commission histoire du barreau de Lyon

signature dédicace la justice désohonorée

La commission histoire du barreau de Lyon vous convie à la signature-dédicace de l'ouvrage de Virginie Sansico "Le justice déshonorée 1940-1944".

Le mardi 24 janvier 2017 à 18h30 en salle de la parlotte au Nouveau Palais de Justice, 67 rue Servient, Lyon 3ème.

Nous vous remercions de vous inscrire avant le 20.01.2017 auprès de communication@barreaulyon.com

Télécharger l'invitation

Présentation de l’éditeur

On croit à tort que la justice au temps de Vichy se résume aux seules cours martiales et autres sections spéciales de sinistre mémoire. C’est ignorer que les tribunaux correctionnels, incarnation de la justice quotidienne la plus ordinaire, ont prononcé jusqu’à deux fois plus de peines qu’avant-guerre.

Aux ordres du gouvernement de Pétain, c’est l’histoire de la justice des années sombres qui est ici étudiée. Certes, les gardes des Sceaux de Pétain n’ont guère touché aux structures et à l’organisation du système mais ils n’ont pas cessé de politiser cette justice et d’élargir les champs d’application des textes répressifs. En détournant les lois républicaines ou en promulguant de nouvelles, l’État français élabore pas à pas un « droit commun » visant à placer hors d’état de nuire tous ceux qui pourraient mettre l’ordre nouveau en péril : Juifs, communistes, réfractaires aux chantiers de la jeunesse et au travail obligatoire, détenteurs de faux papiers ou simplement auteurs de délits d’opinion.

Tout naturellement, les premiers résistants forment bientôt une nouvelle catégorie de justiciables, contre lesquels vont particulièrement s’acharner les juridictions d’exception. C’est bien cette politisation à outrance des tribunaux qui explique l’inflation judiciaire de l’époque.

Virginie Sansico montre, par le dépouillement d’une masse considérable d’archives (en particulier du ressort de la cour d’appel de Lyon), la justice de Vichy en train de se faire. Le sordide côtoie le dérisoire, le tragique voisine avec le pathétique… Une chose est certaine : l’iniquité était bien souvent au rendez-vous, déshonorant une institution dont l’histoire semblait pourtant si intimement liée à celle de la République

Editions Tallandier 2015, 624 p, 25,90 €